Index   Back Top Print

[ FR ]

PAPE FRANÇOIS

MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
MAISON SAINTE-MARTHE

Jeudi 14 novembre 2013

 

(L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 47 du 21 novembre 2013)

L’esprit de sagesse vainc la curiosité mondaine

C’est contre l’esprit de la « curiosité mondaine » et contre l’impatience de connaître l’avenir en tentant de prendre possession des projets de Dieu que le Pape François a mis en garde, lors de la messe du 14 novembre. La méditation du Pape s’est inspirée de la première lecture de la liturgie, tirée du Livre de la Sagesse (7, 22-8,1). Le passage biblique, a-t-il expliqué, « nous offre une description de l’état d’âme de l’homme et de la femme spirituelles », comme une carte d’identité spirituelle du véritable chrétien et de la véritable chrétienne qui vivent « dans la sagesse du Saint-Esprit ». Une sagesse fondée sur un « esprit intelligent, saint, unique, multiple, subtil ». La bonne attitude est précisément celle d’« aller de l’avant, disent les saints, avec un bon esprit ». Le chrétien est donc appelé à « marcher dans la vie avec cet esprit : l’esprit de Dieu qui nous aide à juger, à prendre des décisions selon le cœur de Dieu. Et cet esprit nous donne la paix, toujours. C’est l’esprit de paix, l’esprit d’amour, l’esprit de fraternité ». « La sainteté, a précisé le Pape, est précisément cela ». C’est ce « que Dieu demande à Abraham : marche en ma présence et sois irrépréhensible. C’est cela, c’est cette paix ». Il s’agit donc d’« avancer sous l’impulsion de l’esprit de Dieu et de cette sagesse. Et cet homme et cette femme qui marchent ainsi, on peut dire que ce sont un homme et une femme sages. Un homme sage et une femme sage, car ils agissent sous l’impulsion de la patience de Dieu ». Mais dans le passage évangélique de Luc (17, 20-25), a poursuivi le Pape, « nous nous trouvons devons un autre esprit, contraire à celui de la sagesse de Dieu : l’esprit de curiosité. C’est quand nous voulons prendre possession des projets de Dieu, de l’avenir, des choses, tout connaître, tout prendre en main ». C’est précisément cet « esprit de curiosité qui nous éloigne de l’esprit de la sagesse », car il nous pousse à ne regarder que « les détails, les nouvelles, les petites nouvelles de chaque jour : comment fera-t-on cela ? C’est le comment, c’est l’esprit du comment ». Selon le Pape, « l’esprit de curiosité n’est pas un bon esprit : c’est l’esprit de la dissipation, de l’éloignement de Dieu, l’esprit de trop parler ». À ce propos, Jésus nous dit « une chose intéressante : cet esprit de curiosité, qui est mondain, nous conduit à la confusion ». Le Pape François a ensuite réaffirmé l’enseignement de Jésus : le Royaume de Dieu « ne vient pas de manière à attirer l’attention », mais il vient dans la sagesse ; « le Royaume de Dieu est parmi vous ». Et « le Royaume de Dieu est ce travail, cette action du Saint-Esprit qui nous donne la sagesse, qui nous donne la paix. Le Royaume de Dieu ne vient pas dans la confusion. De la même façon que Dieu ne parla pas au prophète Élie dans le vent, dans la tourmente, dans le typhon. Il lui parla dans la douce brise, la brise qui était sagesse ». « Le Royaume de Dieu est parmi nous » a conclu le Pape François en répétant les paroles de l’Évangile. Et il a invité à « ne pas chercher des choses étranges, à ne pas chercher des nouveautés avec cette curiosité mondaine. Laissons l’esprit nous conduire avec cette sagesse qui est une douce brise. Tel est l’esprit du Royaume de Dieu dont parle Jésus ».



© Copyright - Libreria Editrice Vaticana