Index   Back Top Print

[ FR ]

PAPE FRANÇOIS

MÉDITATION MATINALE EN LA CHAPELLE DE LA
MAISON SAINTE-MARTHE

Lundi 25 novembre 2013

 

(L'Osservatore Romano, Édition hebdomadaire n° 48 du 28 novembre 2013)

Le courage des choix définitifs

Combien de fois les chrétiens, ceux qui sont « persécutés aujourd’hui » ou même seulement « mères et pères de famille », se trouvent-ils dans des « situations limites ». Et, contraints de faire des choix définitifs, choisissent quoi qu’il en soit le Seigneur ? C’est la question que s’est posé le Pape François dans l’homélie de la messe du 25 novembre, en soulignant qu’il s’agit toutefois d’un choix difficile, pour lequel nous devons demander à Dieu la « grâce du courage ». Le Pape s’est référé tout d’abord au passage liturgique tiré du livre du prophète Daniel (1, 1-6.8-20), qui raconte que plusieurs jeunes gens ont trouvé le courage de refuser la nourriture contaminée imposée par le roi et sont parvenus à obtenir d’être nourris en cachette uniquement d’eau et de légumes. Le Seigneur récompense leur fidélité en les aidant à développer un physique et un esprit plus agile que tous les autres, au point de les faire préférer par le roi lui-même. Ces jeunes gens, a noté le Saint-Père, étaient « à la limite parce qu’esclaves, et à cette époque, mais à la nôtre aussi, si l’on tombait en esclavage, on n’était plus sûr de rien, même de sa vie. Nous sommes à la limite ». L’Évêque de Rome a ensuite rappelé l’épisode de l’Évangile de Luc (21, 1-4) qui parle de l’aumône de la veuve, qui n’a même pas de quoi manger pour elle et offre pourtant tout ce qu’elle possède. « Jésus dit qu’elle était dans la misère. En ce temps-là, les veuves n’avaient pas la retraite de leur mari, elles étaient dans la misère. Elles étaient à la limite ». Donc, ces jeunes gens et la veuve étaient à la limite quand ils se sont retrouvés à devoir prendre une décision. Les jeunes gens et la veuve, a souligné le Saint-Père « ont risqué. Dans leur risque ils ont choisi le Seigneur ». Avoir confiance en la fidélité du Seigneur : c’est un choix « que nous aussi avons l’opportunité de faire dans notre vie chrétienne ». Parfois, il s’agit d’un « choix grand, difficile ». Dans l’histoire de l’Église, et à notre époque aussi, il y a des hommes, des femmes, des personnes âgées et des jeunes qui font ce choix. Nous nous en rendons compte « lorsque nous connaissons la vie des martyrs, lorsque nous lisons dans les journaux les persécutions des chrétiens, aujourd’hui. Pensons à ces frères et sœurs qui se trouvent dans des situations limites et qui font ce choix. Eux vivent à notre époque. Ils sont un exemple pour nous. Ils nous encouragent à jeter sur le trésor de l’Église tout ce que nous avons pour vivre ». Le Pape a invité à penser, en particulier, aux « nombreuses mères et nombreux pères de famille qui chaque jour font des choix définitifs pour aller de l’avant avec leur famille, avec leurs enfants. Et cela est un trésor de l’Église. Ils nous donnent leur témoignage ». Devant eux, a-t-il conclu, « demandons la grâce du courage. Du courage. Du courage d’aller de l’avant dans notre vie chrétienne, dans les choses de chaque jour et dans les situations limites ».


© Copyright - Libreria Editrice Vaticana